Découvrez les portraits tout en texte et en images du Bon Plan
Inscription à la newsletter LBP
Découvrez les fiches pratiques du Bon Plan



« À l'heure où les socialistes se trouvent dans l'obligation de ravaler toutes les leçons de morale qu'ils n'ont cessé de nous adresser, l'UMP débat, l'UMP réfléchit » a déclaré samedi dernier le Premier ministre François Fillon, lors du discours de clôture du conseil national du parti présidentiel. Cette référence, entre les lignes, à l’affaire Dominique Strauss Kahn fleure bon le coup d’envoi officieux de la campagne présidentielle de 2012. On y est. Enfin les grands responsables de l’UMP peuvent se venger de toutes les attaques qu’a subi Nicolas Sarkozy au sujet de son train de vie durant les quatre premières années de son quinquennat. Honnêtement, on ne voit pas pourquoi ils se gêneraient de ce côté-là. On veut bien que la présomption d’innocence s’applique à tout le monde, mais la colossale fortune du clan DSK est en revanche d’une pornographie sociale sans nom. Il est alors évident que le parti présidentiel s’engouffre dans cette brèche grande ouverte.

 

Et l’UMP débat, nous dit François Fillon. L’UMP réfléchit. Elle se gratte la tête pour les échéances électorales à venir. C’est en ce sens que le gouvernement a fait machine arrière la semaine dernière, après avoir voulu démanteler les panneaux indicateurs de radars automatiques. Fillon t’es foutu, Auto-Plus est dans la rue ! Pendant que souffle un vent de révolte sur la jeunesse espagnole de l’autre côté des Pyrénées, la France connaît elle la fronde des automobilistes et des motards, parce que vous comprenez, ma bonne dame, c’est nous qu’on paye, c’est du racket de payer des amendes quand on roule à 120 au lieu de 90 km, la vitesse ça n’a jamais tué personne, ça se saurait. Une certaine France aime sa voiture, une certaine France n’aime pas les assistés qui bénéficient des minima sociaux, une certaine France n’aime pas les Arabes. Voilà à quoi l’UMP réfléchit. Sur la façon de transformer une fois encore ces préceptes-ci en programme politique. Tant qu'en face le Parti socialiste sera dirigé par des baltringues, cette façon de faire fonctionnera à chaque élection.

Vous êtes ici : Accueil Edito 2012 dans le viseur : Les valeurs de l’UMP