Découvrez les portraits tout en texte et en images du Bon Plan
Inscription à la newsletter LBP
Découvrez les fiches pratiques du Bon Plan



Le 4 mars 2019, le Samu Social de Paris et d'autres acteurs de l’hébergement et du logement ont lancé un appel visant à « faire valoir les droits des personnes sans-abris ». 

 

Le mal-logement, un phénomène en expansion

Aujourd’hui près d’un Français sur sept vit sous le seuil de pauvreté et 143 000 sont sans domicile fixe (SDF).

La vingt-quatrième édition du rapport annuel sur le mal logement produit par la Fondation Abbé Pierre rappelle la situation alarmante concernant le mal-logement, et ce malgré la bonne santé du marché immobilier. Selon ce rapport, « 4 millions de personnes restent mal logées ou privées de domicile tandis que 12 millions voient leur situation fragilisée par la crise du logement ». Près d’un cinquième de la population est concernée par cette question si l'on cumule le nombre de personnes en situation de mal logement ou au nombre de personnes sans domicile fixe.

 

Le 9 septembre dernier, Le Parisien publiait une critique du libre de Christel Brigaudeau Avant j’étais comme vous de Christel Brigaudeau. Ce livre publié en septembre 2018 propose de poignants témoignages de personnes sans domicile fixe (SDF), et démontre sans détour que tout le monde est concerné par cette question brûlante tant les parcours de vie des témoins sont différents : « Emilie, 56 ans était patronne d’une petite maison d’édition pour enfants à Paris. La faillite de son entreprise en 2013, et la chute personnelle qui en a suivi l’ont laissé SDF pendant un an et demie (…) Après la mort de sa mère, quand il avait douze ans, Patrick Brugioti a passé une adolescence tumultueuse en famille d’accueil. A 17 ans, il prend la tangente dans la rue. »

 

Les femmes et les enfants face à la rue

En octobre dernier, Madame Le Figaro donnait à lire des témoignages de femmes SDF. Ces dernières représentent près de 38% des personnes sans domicile fixe et près de 56% d’entre elles sont issues de l’immigration. Bien souvent, les représentations sur les sans-abris se focalisent sur les hommes. Pourtant, les femmes sont de plus en plus nombreuses et ne font pas nécessairement face aux mêmes problèmes : elles sont même obligées de se cacher, de se rendre invisibles afin de ne pas « être des proies sexuelles ».

 

En décembre 2018 le SAMU Social de Paris publie "Grandir au 115", une enquête menée auprès d'une quarantaine d'enfant hébergés. Très complet, ce dossier passe en revue les difficultés inhérente à une enfance passée dans les hébergements d'urgence: le manque d'espace, les séparations brusques avec l'environnement, l'impossibilité de s'ancrer dans un univers, le manque d'espace, l'omniprésence de problème de toutes sortes, la difficulté à avoir une scolarité sereine, la violence. Les dernières pages laissent la parole à ces enfants.

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Société Précarité La Bonne Actu # 12 : Autour de l'appel du Samu Social de Paris et de ses partenaires