Le 6 avril 2017, la Compagnie Lanabel propose un extrait gratuit du spectacle de danse contemporaine « Two, Seul » au CHU de Grenoble. Retours sur la répétition publique du 23 février au CDC Le Pacifique de Grenoble : ambiance et danse vibrante.

En jean et baskets roses, ses jambes oscillent. À pas feutrés, ses pieds dessinent sur des briques de terre cuite. Un rectangle de pierres accolées sur lesquelles son corps balance. Il y a ce silence.
Vient la musique qui s'invite dans la danse. Une violoncelliste et une accordéoniste. Trois femmes occupent la scène, l'une droite, l'archer vif, l'autre lovant son corps aux remous des soufflets, la troisième furetant sur le tapis râpeux. Les vibrations du « Stabat Mater » de Vivaldi emplissent l'espace.

La danseuse se rapproche, une nouvelle parcelle à explorer, plus vaste, moins rectiligne, toujours constituée de briques. Les contours d'un pays proche ou lointain selon l'envie. Les gestes se font plus amples. Les pieds sillonnent le mur horizontal, se jouent de sa rugosité. Les frontières de pierre se plient. Celles des stéréotypes aussi, quand enfin, on comprend que la mélodie lyrique au timbre « féminin » qui étreint l'espace de sa douceur est celle de Serge Kadudji, contre-ténor congolais assis derrière la danseuse, larges épaules et allure décontractée. Son chant est à la fois généreux et humble.

La musique et la danse s'entrelacent. L'une s'interrompt pour laisser sourdre l'autre, les frémissements de la respiration, le souffle vital et le chant de la pierre. Survient l’entre-cœurs : une danseuse, un danseur. Une peau noire, une peau blanche. Se frôler, se contourner, petit à petit se reconnaître. Le rapprochement crée les tensions, les résistances. Laisser là les poids morts ; s'élancer, se mêler, fusionner. Les corps s'accordent au tempo des émotions qui affleurent. S'opposer puis s'apposer, se reposer au creux de l'autre, puis, chacun, repartir…

Les uns après les autres, musiciens et danseurs s'effacent. Un long silence puis des applaudissements. Les fauteuils rouges s'éclairent sur Annabelle Bonnéry, la chorégraphe de « Two, seul », une création en résidence au Centre de développement chorégraphique (CDC) Le Pacifique à Grenoble dont le public vient de goûter un extrait de vingt-cinq minutes. « Une répétition publique d'une création en mouvement » explique la très fluette et dynamique chorégraphe.

Sur scène, deux musiciennes françaises, une danseuse espagnole, un danseur burkinabé et un chanteur congolais. Et de la brique « qui met de la poussière partout » dixit la chorégraphe. Des poussières d'étoiles, dispersées aux quatre vents, qui se poseront le 6 avril au CHU de Grenoble, puis les 11 et 12 avril à l'Hexagone de Meylan.

Plus d'informations

Spectacle « Two, seul »
Compagnie Lanabel / Chorégraphe : Annabelle Bonnéry

Extrait du spectacle dans le cadre de Culture et Santé à l’hôpital Michallon – CHU Grenoble (hall Vercors) jeudi 6 avril – 16h - gratuit

Création les 11 et 12 avril 2017 à 20h à l'Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - Meylan.
Tarif jeune et solidaire 9 €
Jeune de moins de 18 ans, étudiant de moins de 26 ans — Demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA, de l’AAH, du minimum vieillesse (justificatif de moins de trois mois à présenter) pour tous les spectacles ayant lieu à l’Hexagone

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Culture Terre de danse