Imprimer



Le 7 septembre 2012, Matthieu Angotti rencontre le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault à Paris. Devenu conseiller, il travaillera sur une réforme de l’intégration. Non sans mal.

“Désintégration, journal d’un conseiller à Matignon”, plonge son lecteur dans l’univers des petites mains du pouvoir. Matthieu Angotti, aujourd’hui directeur du CCAS de Grenoble, raconte son expérience de conseiller pour le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault en 2013 et 2014, au début du quinquennat de François Hollande. Ses notes de l’époque lui ont permis de faire un récit précis des difficultés d’un travail de l’ombre méconnu. Le tout en image grâce aux illustrations de Robin Recht.

Le chemin de croix d’une réforme

Issu du monde associatif, Matthieu Angotti a activement participé à la mise en place du Plan national de lutte contre la pauvreté, dès janvier 2013. Fort de cette première réussite, un nouveau dossier sur la réforme de l’intégration s’ouvre à lui. Mais la réforme ne verra jamais le jour. Si l’histoire est toute tracée, il est passionnant de suivre son avancée, de réunions en réunions, au coeur des ministères. Un chemin semé d’embûches, venues de l’intérieur même du gouvernement, mais aussi lié au traitement journalistique.

Planche bd Angotti

L’équilibre famille-travail

La vie de famille est abordée comme une partie importante de l’histoire. Sa femme, ses enfants, ses origines italiennes sont autant de pauses à ce long processus de réforme. Dans un style scénographique original, très dynamique et moderne, on suit les interrogations de Matthieu Angotti jusqu’aux heures les plus tardives. Accaparé par son travail, les moments en famille sont étriqués jusqu’au point où l’on se demande si la famille survivra à cette intense période.

Des ministres et des Hommes

L’ouvrage rythmé en quatre chapitres (avec en plus un prologue et un épilogue) permet une immersion inédite au sein du cabinet d’un Premier Ministre de la République française. Il rappelle la bande dessinée “Quai d’Orsay” de Abel Lanzac et Christophe Blain. De nombreuses différences existent néanmoins. Tout d’abord ce n’est pas le même métier de l’ombre, il s’agit ici d’un conseiller pour le Premier Ministre et non pas d’une “plume” du ministère des affaires étrangères. Les scènes et l’ambiance sont aussi plus authentiques dans “Désintégration”, plus réalistes. Parfois moins drôles : les sujets abordés sur la précarité et l’intégration prêtent moins à sourire que la caricature d’un ministre. 

Derrière les personnalités politiques, qu’on reconnaît grâce aux traits précis de Robin Recht, Matthieu Angotti nous fait découvrir Michel, Mélanie, Nadia, Carine, Stéphane. Des gens de l’ombre comme lui, qui étudient dans les cabinets ministériels les dossiers de fonds en comble, préparent des notes aux ministres, organisent des réunions d’équipe. Tous ces acteurs encaissent les mêmes niveaux de stress, les mêmes journées chargées que leur ministre respectif, la célébrité en moins.

En cette année d’élection, Matthieu Angotti pose à travers cette bande dessinée la question de l’efficacité politique. Quelles sont les meilleures conditions pour faire aboutir une loi ? Qu’est-ce qui n’a pas marché pendant la mandature de Jean-Marc Ayrault ? “Désintégration”, nous apporte quelques éléments de réponses.

FullCouvDesintegration

 
Désintégration, journal d'un conseiller à Matignon
de Matthieu Angotti (récit) et Robin Recht (illustration)

Éditions Delcourt
144 pages
17,95€