À travers l'exposition Monstru'Eux, « vous trouvez ça normal ? », Le Muséum de Grenoble et La Casemate nous plongent dans l'univers des monstres – naturels ou artificiels - pour mieux interroger les normes que l'on se crée.

L'exposition se déploie sur deux sites pour aborder la thématique : au Muséum de Grenoble, où les monstres réels ou fantasmés cohabitent dans un espace qui mêle vrai et faux et où l'on découvre l'intérêt de la tératologie (science des monstres). La visite se poursuit à La Casemate, où les créatures artificielles envahissent notre quotidien et deviennent de véritables compagnons de vie questionnant notre rapport aux machines.

Démêler le vrai du faux au Muséum

À travers plusieurs scénettes, l'équipe du muséum a concocté une visite qui s'adresse à tous, petits et grands curieux. La première partie met en scène les monstres de notre enfance, issus de la littérature jeunesse. Un second espace est dédié à la reconstitution du Cabinet de Camille Renversade, membre éminent du club des chasseurs de l'étrange. On y croise de vrais monstres (du loup-garou au jackalope ( lièvre à cornes de cerf importé des Etats-Unis...) découverts lors des explorations du club. Mais c'est en déambulant sur le quai de déchargement d'une des expéditions que l'on découvre la vérité sur quelques-uns de ces monstres comme cette fameuse corne de licorne qui est en fait une authentique dent de Narval. Le visiteur est ainsi invité à démêler le vrai du faux, dans un espace où les scientifiques ont été parfois dupés par la nature (à l'image de ce crâne d'éléphant, ramené en Europe au Moyen-Âge et identifié comme étant un crâne de cyclope).

Ce que l'étude des monstres nous apporte

C'est à l'Orangerie que se poursuit la visite avec l'exposition de collections historiques intégrant des animaux considérés comme des monstres par leur apparence, qu'ils aient été victimes de malformations ou non. Catherine Gauthier, Directrice du Muséum, parle de ces « sales gueules de la nature [....] qui nous interrogent sur notre capacité à accepter la nature telle qu'elle est ».



20160512 monstre2

Si au 16e siècle, Henrictus Alsteldius affirmait que les monstres étaient engendrés par des comètes, leur étude scientifique commence réellement au 19e siècle où les premiers classements sont établis. Mais c'est dans les années 1960, grâce à la manipulation volontaire d'embryons animaux, que les scientifiques vont comprendre les diverses origines des malformations.
À l'étage, nous sommes entraînés dans l'univers des « monstres sociaux », les criminels ou aliénés que les scientifiques du 19e siècle considéraient comme criminels par nature. Catherine Gauthier aborde les concepts véhiculés par la communauté scientifique de l'époque, qui ont aussi été à l'origine des grands crimes de masse du 20e siècle.




20160512 monstre3


Aujourd'hui, les scientifiques créent volontairement des monstres comme les mutants ou les OGM à des fins de recherche fondamentale ou appliquée... agriculture, thérapie génique : « Faire revivre les mammouths, modifier les embryons... Tout devient-il pour autant envisageable ? ». L'exposition s'achève par l'exploration du champ des possibles repoussant la norme là où des besoins font jour « Comment vivre sous la mer suite au réchauffement climatique ? Accepterons-nous de nous greffer des algues pour respirer sous l'eau ? »

À la rencontre des monstres artificiels à la Casemate

Alors que le Muséum explore le vivant, La Casemate nous entraîne à la découverte des créatures artificielles qui sont en pleine évolution : les robots ne sont plus cantonnés à des tâches répétitives en usine, ils investissent les foyers et deviennent de véritables compagnons. À l'aide d'une poursuite numérique, La Casemate nous montre un inventaire de robots, des objets connectés aux robots socio-thérapeutiques, comme Paro, le bébé phoque interactif émotionnel utilisé en maison de retraite.

La vallée dérangeante

Dans cette contrée des machines, certaines nous semblent plus familières que d'autres, comme l'explique Marguerite Pometko, assistante de production de Monstru'Eux, en abordant la notion de vallée dérangeante caractérisée par « le passage de l'empathie à la révulsion par l'imparfaite ressemblance des doubles robotiques ».




20160512 monstre4

Si les Géminoïds (sosie parfait) du professeur Iroshi Ishiguro nous mettent des frissons dans le dos, nous craquons pour des robots comme Nao. Et l'empathie développée pour ces êtres artificiels peut même conduire des soldats à se mettre en danger pour sauver leur robot démineur. Une empathie qui s'est d'ailleurs traduite en Corée du Sud par la création d'une première charte éthique du robot, incluant « le droit d'exister sans crainte de blessure ou la mort » comme l'évoque Marguerite Pometko qui nous explique comment est né le droit des robots et comment il évolue actuellement.


La Casemate nous propose donc un voyage intérieur dans notre rapport à des robots qui gagnent chaque jour un peu plus en intelligence artificielle. Pourquoi donner des droits aux robots ? Jusqu'où iront nos interactions avec les machines ? La science-fiction rejoindra-t-elle de nouveau la réalité comme dans HER, où un homme s'éprend d'une voix féminine issue d'un logiciel informatique capable de s'adapter à la personnalité de son utilisateur ? Si l'exposition dévoile les multiples facettes des créatures artificielles que l'homme a créées, elle interroge surtout notre propre nature et l'évolution de notre humanité.


Plus d'informations

20160212 monstre5Muséum de Grenoble
1, rue Dolomieu
Du mardi au vendredi, de 9h15 à 12h – de 13h30 à 18h
WE et jours fériés, de 14h à 18h
Tel : 04 76 44 05 35

La Casemate
2, place Saint-Laurent
Du mardi au vendredi, de 13h30 à 17h30
Vacances scolaires : de 9h à 12h, de 13h30 à 17h30
WE et jours fériés : de 14h à 18h
Tel : 04 76 44 88 80

Fil Twitter #monstrexpo
www.monstrueux-expo.fr

Tarif plein : 7 €
Tarif Réduit : 5 € ( enseignants, seniors)
Gratuit : étudiants, moins de 26 ans, demandeurs d'emploi, Lycéens détenteurs de la carte M'RA, personne à mobilité réduite (sur justificatif)

L'achat d'un billet au Muséum ou à La Casemate vous permet d'accéder aux 2 volets de l'exposition. Conservez votre billet d'entrée, il vous sera demandé sur chaque lieu d'exposition.

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Culture Expositions Monstru'Eux : au-delà des normes