Plus de 2000 spectateurs sont attendus du 10 au 12 février au Musée de Grenoble pour écouter les interprètes des œuvres de Beethoven. Des artistes professionnels, mais aussi des élèves de Grenoble.

190 ans après sa mort, il fait toujours parler de lui : Beethoven, compositeur de musique classique sera à l’honneur du 10 au 12 février 2017 au Musée de Grenoble pour “La folle nuit Beethoven”. Face au nombre grandissant de participants, l’association Musée en musique, qui porte l’événement, a opté pour sa troisième édition un accueil du public sur trois jours au lieu d’un seul.

Deux façons de profiter de l’événement

Comme à son habitude, Musée en musique propose des concerts à l’auditorium du Musée de Grenoble. Et cela depuis l’inauguration du bâtiment en 1994. C’est donc tout naturellement que Pascale Galliard, présidente de l’association Musée en musique, a présenté au cours de la conférence de presse un cycle de huit “petits” concerts de 45 à 60 minutes à l’auditorium du musée, qui constitue le cœur du programme. L’ouverture sera assurée par le pianiste Rémi Geniet vendredi à 18h, tandis que Abdel Rahman el Bacha, pianiste lui aussi, et la formation pragoise Quatuor Prazák clôtureront ce cycle samedi à 21h. Le Trio Chausson jouera lui à trois occasions, tandis que Nathanaël Gouin se produira à 13h30 le samedi. Tous seront interprètes des morceaux de Beethoven le temps du week-end.

Si l’auditorium est une place centrale du festival, le reste du musée réservera bien des surprises. Des interludes auront lieu le samedi entre chaque concert, assurés par les élèves des Conservatoire de Grenoble et Conservatoire Érik Satie. L’hymne à la joie, l’un des airs les plus connus de Beethoven, sera interprété tantôt par le Choeur de la Folle Nuit, tantôt par le Choeur d’enfants du Conservatoire Érik Satie. Le même jour à midi à la bibliothèque du Musée, une conférence “de l’intime au sublime” sera assurée par la musicologue, Bernadette Lespinard. Le dimanche matin sera, lui, consacré à une “Master Class” avec Abdel Rahman el Bacha, qui apportera ses avis éclairés aux prestations de 4 élèves du Conservatoire Érik Satie de Saint Martin d’Hères. Toutes ces animations là seront accessibles avec un billet du musée de Grenoble ou un ticket de concert de “La folle nuit Beethoven”. Pour information, l’accès au musée peut-être à tarifs avantageux et même gratuit dans les cas suivants : demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA, du minimum vieillesse ou si vous êtes jeunes de moins de 26 ans…

Une grande fête de la musique classique

Pour nous donner un aperçu de cet événement, la présidente de l’association Pascal Galliard a invité lors de la conférence de presse Juliette Tournier, élève au Conservatoire de Grenoble, à jouer le 1er mouvement de la sonate n°6, opus 10 n°2 de Beethoven.

Nuit folle Beethoven

Légende sonore : Les deux premières interventions sont de Pascal Galliard, suivies de Juliette Tournier, qui se répondent ensuite, avec en fond sonore la sonate n°6 de Beethoven, interprétée par Juliette Tournier.

Envie d’y aller ?

Nous prolongeons notre jeu-concours sur la page Facebook Le Bon Plan jusqu’au mercredi 8 février à 23h59. Deux places à gagner pour le concert de Nathanaël Gouin, samedi 11 février à 13h30.

Retrouvez le programme complet sur le site de Musée en musique.

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Culture Musique Beethoven, de passage au Musée