Comme chaque semaine, Le Bon Plan vous propose un tour d'horizon de l'actualité sociale de la semaine, très marquée par les élections municipales qui auront, à défaut de mobiliser les électeurs, largement mobilisé les médias !

LOCAL

Grenoble n'a d'ailleurs pas été en reste pour ce qui concerne cette actualité politique très chargée de l'entre deux-tours. Le score de la liste d'Éric Piolle a déjoué tous les pronostics et provoqué une surprise d'autant plus grande que l'alliance entre EELV et le Front de Gauche n'est pas la norme dans le paysage politique français actuel. Lundi, Le Nouvel Observateur signalait à ses lecteurs ce score inattendu, tandis que Libération estimait que Grenoble « se donne aux Verts ». Les tractations et la tentative de fusion entre la liste d'Éric Piolle et celle de Jérôme Safar ont également été suivies de près par les médias nationaux, et mardi c'est Le Monde qui annonçait, nouvelle surprise, qu'il n'y aura pas d'alliance, Libération, décidément très attentif à la situation grenobloise, estimait de son côté que les socialistes font preuve de surdité. Une surdité supposée qui vaudra au dauphin de Michel Destot de se voir retirer l'investiture socialiste, ainsi que l'annonçait jeudi Le Dauphiné Libéré, tandis que Rue89 se demandait mercredi qui est « ce socialiste Jérôme Safar qui s'entête à Grenoble ? », que Michel Destot critique vertement pour sa part la liste d'Éric Piolle sur le site 20 minutes, et que le site de France 3 annonçait que Christiane Taubira allait se rendre à Grenoble pour soutenir... la liste EELV ! Pour essayer d'y voir plus clair, France Info propose un reportage texte et audio sur la situation grenobloise.

RSA

Mais la politique, voire la fameuse « politique politicienne », ne doit pas nous faire oublier d'autres actualités tout aussi brûlantes. Ainsi, en matière de minima sociaux, Les Échos signalaient lundi une « nette progression du RSA activité », une progression qui peut autant être interprétée comme une baisse du non-recours que comme une augmentation des emplois précaires et mal rémunérés. Ou, plus simplement, les deux cumulés... Ce même lundi, Le Monde racontait le combat d'une juriste contre les banques qui se permettent de bloquer le RSA de certains de ses clients trop endettés, alors que ces revenus devraient en principe être intouchables, découvert ou pas. Un article gratuit dans la semaine mais devenu hélas payant. Totalement gratuit pour sa part, l'article que proposait jeudi à ses lecteurs le site Nicematin, racontant ce couple touchant le RSA malgré ses 320.000 euros d'économie. Bien moins courantes que certains le prétendent, ce genre d'escroquerie à la solidarité nationale n'en demeure pas moins représentatif des lacunes de notre système administratif, dont les précaires sont bien souvent les premières victimes.

SOCIAL ET ÉCONOMIE

Des précaires qui pourront toujours compter sur la bonne volonté et la générosité d'un grand nombre de leurs concitoyens, comme le prouve les nombreuses initatives de solidarité testées partout en France. France Bleu évoquait ainsi lundi le cas de cette boulangerie de Haute-Savoie proposant le principe de la « baguette de la solidarité », une opération similaire à celle du « café suspendu » qui commence à se répandre sur Grenoble et dont Le Bon Plan vous parlera très prochainement. La solidarité envers les plus fragiles est donc toujours d'actualité, ainsi que le soulignent les excellents chiffres de dons pour le Téléthon 2013, bien supérieurs aux attentes, ainsi que nous l'apprend jeudi Libération. Moins agréable à lire, Le Figaro revient sur la dernière campagne des Restos du Coeur, qui ont dépassé cet hiver le nombre d'un million de bénéficiaires. Des nouvelles qui n'empêchent pas un regain d'optimisme ? Le site Boursorama nous explique en effet que le moral des ménages français remonte au mois de mars, un regain de bonne humeur dont le site La Tribune se demande toutefois s'il peut se prolonger...  

CHÔMAGE ET EMPLOI

Mais l'optimisme n'empêche pas la dure réalité du chômage en France de se maintenir, entraînant un déséquilibre dans les comptes mêmes de l'assurance-chômage, source des négociations entre syndicats de ce début de semaine. Un accord avait été trouvé entre le MEDEF et certains syndicats de salariés, et Le Monde, Le Nouvel Observateur ou le site de la chaîne TF1 en présentaient les grandes lignes avec plus ou moins de clarté dès ce week-end, tandis que le Huffington Post soulignait les critiques qui, déjà, fusaient à l'encontre des réformes annoncées. Des critiques relayées lundi par le site de L'Expansion, estimant non sans un certain parti-pris que les « cadres sont les grands perdants » de l'accord. Une autre manière de remédier aux soucis financiers de l'assurance-chômage serait évidemment de faire baisser le nombre de sans-emplois mais les chiffres ne vont malheureusement pas dans ce sens, ainsi que le clament avec insistance tous les médias durant la journée de jeudi, les nouvelles données publiées reléguant loin derrière non l'hypothétique inversion de la courbe à laquelle certains semblaient encore vouloir croire. Si Le Parisien reste sobre en évoquant des « chiffres qui tombent mal », Le Point parle de son côté d'une « claque pour le gouvernement » et L'Express, jouant sur la venue en visite officielle du président chinois, ironise sur le « supplice chinois » que constituent les statistiques du chômage pour François Hollande. Le Figaro, de son côté, reprend avec une certaine gourmandise la déclaration de Michel Sapin, ministre du travail, qui a déclaré porter « sa part de responsabilité » dans les mauvais chiffres de l'emploi. Une chose est certaine : la situation du chômage en France inquiète et le Point n'avait évidemment pas tort, la veille de cette déferlante, de souligner que ces chiffres pourraient jouer les arbitres pour le second tour.

On en oublierait presque que les chômeurs ne sont pas que des chiffres et des statistiques : le fait-divers que Le Point, encore une fois, racontait lundi à ses lecteurs est là pour nous le rappeler, en décrivant comment un demandeur d'emploi à tenté de s'immoler par le feu dans les locaux de son agence Pôle-Emploi. Une agence dont Le Monde soulignait la « généreuse retraite chapeau » de ses dirigeants dans un petit article au vitriol. Tandis que le site du journal L'Alsace évoquait jeudi, de son côté, « l'insolente réussite » de l'agence Pôle-Emploi transfrontalière de Kehl. Il semblerait que les Allemands soient moins réticents que les Suisses à laisser des Français venir travailler chez eux. Espérons que cet esprit perdure, où chacun pourra se faire du souci quant aux résultats des Élections Européennes qui se dérouleront au mois de mai. Une chose est certaine, les seniors ne trouvent pas plus à travailler en France qu'en Allemagne et sont toujours autant victimes du chômage, une situation qui amène L'Expansion à présenter le contrat de génération voulu par François Hollande comme un « flop ». Vendredi, pour citer Sempé, rien n'est simple et tout se complique : on apprend que le Conseil Constitutionnel a censuré la fameuse loi « Florange » censée lutter contre les fermetures abusives de sites industriels, que les sages jugent trop contraignantes. Le Monde relaye la satisfaction du Medef.

De mauvaises nouvelles qui risquent encore de peser sur le scrutin des Municipales, dont le dénouement tombera dimanche prochain. Un dénouement, et ses conséquences, que nous ne manquerons pas d'évoquer lors de notre prochaine revue de toile, en fin d'une semaine prochaine que nous vous souhaitons d'ores et déjà la plus agréable possible !

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Paroles de ... Revue de toile Revue de toile # 10