Se faufilant entre les balles du débarquement ou les crampons du Mondial, l'actualité sociale perdure et Le Bon Plan vous propose ici, comme chaque semaine, sa revue de toile.

LOGEMENT

La loi Duflot refait parler d'elle cette semaine, certains voulant voir un bilan déjà catastrophique à cette mesure. C'est le cas du site Challenges qui, dans la foulée, proposait jeudi huit mesures pour relancer l'immobilier, en assurant son lecteur qu'elles seraient « efficaces ». Une nouvelle variation sur l'air du « Y a qu'à Faut qu'on » ? Le Monde, de son côté, mentionne le risque du « détricotage » de la loi ALUR, dont on nous jure cependant qu'elle n'est pas à l'ordre du jour. Cela n'empêche pas les Verts de rappeler le drame que représente le mal-logement en France, prenant en exemple l'incendie meurtrier d'Aubervilliers, ainsi que l'explique Le Figaro. Bien ou mal logés, Une chose est certaine : le logement reste une priorité dans la vie des Français, au point qu'un sondage relayé mercredi par 20 Minutes indique que pour un certain nombre d'entre-eux, l'achat d'un bien immobilier est « plus engageant » qu'un CDI ou... un mariage !

SOCIAL

En matière de choix sociaux, France Info citait lundi l'amendement « détonnant » du président UMP de la Commission des Finances, qui propose pour financer une baisse massive des impôts l'abandon de la réforme des rythmes scolaires et la fin des « coups de pouce » pour les allocataires du RSA. Il s'en trouve donc encore qui considèrent qu'il faut prendre aux pauvres pour donner aux riches. Bien entendu, le terme « riche » est à prendre avec des pincettes. Qui est encore riche dans ce pays quand, ainsi que l'indique le site Boursier.com, près d'un Français sur deux perçoit des aides de la CAF ? Le Monde, pour sa part, livrait lundi le portrait d'une pauvreté française largement représentée dans les communes rurales. Autant de personnes qui peuvent être susceptibles d'avoir recours au Défenseur des droits, un poste occupé jusqu'à son décès par Dominique Baudis, et dont Le Nouvel Observateur nous dit qu'il pourrait très prochainement être endossé par Jacques Toubon.

LOCAL

Un petit tour autour de chez nous, quand France 3 donne par exemple la parole à un professeur de GEM (Grenoble École de Management) qui réfléchit lors d'une conférence sur la question de la « gentillesse » dans le travail. Une gentillesse à laquelle les opposants au mariage pour tous, reconvertis en opposants contre la théorie du genre, n'ont toujours pas l'intention de se plier, ainsi que leur réaction à la projection du film Tomboy à des élèves de primaire, racontée par Le Dauphiné Libéré, le démontre. Tant d'agitation ferait presque oublier d'autres pistes envisagées par le gouvernement qui, elle, font vraiment mauvais genre. Ainsi, France 3 racontait lundi la grève dans l'enseignement adapté, notamment au collège Gérard Philippe à Fontaine, qui suit des ados en difficulté et sur le sort duquel certains s'interrogent, provoquant la colère et les doutes de ses représentants.


CHÔMAGE / EMPLOI

En matière d'emploi, les intermittents auront tenu le haut de l'actualité, à la faveur des festivals d'étés d'ores et déjà menacés par leur mouvement de contestation de la réforme de leur statut, un fait raconté notamment par Le Parisien, tandis que Le Monde évoque les risques pensant sur le festival « in » d'Avignon, le plus mythique et emblématique d'entre tous. C'est dans ce contexte que Le Figaro raconte les déboires du poète Yvon Le Men, radié du régime des intermittents et contre lequel Pôle Emploi « s'acharne ». Et c'est encore Le Monde qui pensait lundi à tout ceux qui ne comprennent pas tout à ce débat complexe sur les intermittents, c'est-à-dire à peu près tout le monde.

C'est dans le cadre de la nouvelle convention chômage que le régime des intermittents a été modifié, et l'on comprend que cette convention n'agace pas que les gens du spectacle quand L'Humanité nous apprend que la CGT attaque en justice ses signataires, en parlant de « déloyauté » et de « manque de sérieux ». Dure mission pour les juges qui, au moins, ne manqueront pas de travail ! Les stagiaires, de leur côté, seront intéressés de savoir via Le Figaro que les sénateurs ont adopté la loi sur les stages, qui choisit de plus et de mieux les réguler.

La régulation aurait peut-être raison d'être également dans le registre de la fameuse « journée de solidarité »... Les salariés travaillant le lundi de Pentecôte et découvrant que les transports en commun étaient, eux, en mode jour férié, peuvent en témoigner. C'est d'ailleurs, parmi d'autres, le site Boursier.com qui nous apprend que moins de 30 % des Français étaient alors au travail...

Les autres auront pu profiter d'un nouveau week-end de trois jours, phénomène devenu fréquent avec la multiplicité des ponts de ce mois de mai. En attendant les lundi 14 juillet puis 15 août, l'employé valeureux va devoir se consacrer à un mois de juin qui semble parti pour être chaud, tant dans le ciel qu'au bureau. Sinon dans l'actualité, ce que Le Bon Plan ne manquera pas de vous relater dans sa prochaine revue de toile, après une semaine que nous vous souhaitons naturellement la plus agréable possible.

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Paroles de ... Revue de toile Revue de toile #17