Parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, malgré ce que l'on pourrait penser par les temps qui courent, Le Bon Plan vous propose comme à son habitude son tour d'horizon de l'actualité sociale à travers sa revue de toile.

RSA

Lundi, une étude ministérielle faisait grand bruit, relayée entre autres par Libération et indiquant que les bénéficiaires des minimas sociaux sont de plus en plus nombreux à renoncer aux soins médicaux. Si la situation diffère en fonction du type de RSA, le fait que des personnes au RSA socle choisissent de ne pas consulter de médecin faute de moyens est révélateur du problème de non-recours à la CMU. Non-recours ou pas, certaines dispositions ont au moins le mérite d'exister, ce qui n'est pas forcément du goût d'un parti comme le Front National dont Le Parisien nous apprend jeudi qu'il désire supprimer dans la ville du Pontet la gratuité des cantines pour les familles les plus démunies, au motif de contraintes budgétaires. La presse ne manquera pas de faire remarquer que ces mêmes contraintes n'ont pas empêché le maire FN nouvellement élu de prendre comme première mesure une augmentation de son salaire. C'est le cas de Rue89, qui signe un portrait édifiant du personnage et de sa façon de gérer sa municipalité. 

LOGEMENT

Autre lieu, autres moeurs : Europe 1 nous indiquait mardi que la vice-présidente PS de la Région Ïle-de-France allait quitter son logement social, avant que la polémique ne prenne trop d'ampleur. Une façon peut-être d'améliorer la « crise du logement » dont parlait Anne Hidalgo, maire de Paris, dans Les Échos ? Pendant ce temps, la question de la construction a mobilisé les médias durant la semaine, RTL nous apprenant lundi que les « mises en chantier » étaient toujours en baisse. Pour tenter de remédier à cette situation, qui ne peut que contribuer à maintenir des loyers élevés, Le Figaro nous racontait mercredi comment le gouvernement envisageait d'élargir « le prêt à taux zéro ».

CHÔMAGE / EMPLOI

Une annonce qui a fait du bruit, notamment sur le site du Monde : les Français travaillent moins longtemps que les autres européens. Bien sûr, ce genre d'études survient environ tous les trois mois et omet toujours de prendre en compte un certain nombre de paramètres pour mieux nous convaincre de notre paresse insensée. Une paresse dont on espère qu'elle ne frappera pas le ministre du Travail, François Rebsamen, qui « mise sur une stabilisation du chômage sous les 10 % » selon Le Parisien, rappelant qu'il existe des stabilités bien précaires. Une volonté que les chiffres, comme souvent, viennent contredire avec méchanceté : vendredi, Les Échos nous apprennent que le seuil des 5 millions de chômeurs a été franchie au mois de mai. L'INSEE n'est pas plus clémente, qui conteste elle aussi et une fois de plus l'optimisme du gouvernement en matière d'emploi ou de croissance, ainsi que le relate RTL.

Très touchés par le chômage, il en était d'ailleurs question à la CCI de Grenoble voilà quinze jours, les seniors semblent bénéficier d'une attention toute particulière, si l'on en croit La Tribune qui nous expliquait lundi le « plan du gouvernement » pour lutter contre cette situation. Espérons que ce plan sera mieux accueillis par les DRH que les précédents : L'Express nous apprenait en effet qu'ils ne sont qu'une infime minorité à croire au « contrat de génération » qui, il est vrai, n'a clairement pas fait ses preuves.

Reste à savoir où sont les emplois ? Challenges dresse ainsi un « palmarès des entreprises qui créent le plus d'emplois en France », dont les résultats vont à l'encontre de bien des clichés. Mais certaines données deviennent difficilement quantifiables quand elles sont clandestines, et c'est pourquoi le site de La Tribune utilise le conditionnel pour mentionner que le travail au noir représenterait plus de 10 % du PIB en France.

La question des nouvelles conventions chômage ont également eu leur place au sein de l'actualité de la semaine, L'Express se demandant si les cadres ne seraient pas en première ligne du renforcement de certainess contraintes. Pour y voir plus clair, le site Dossier Familial propose un décryptage des nouvelles règles qui s'appliqueront à compter du premier juillet. Des règles qui concernent également les intermittents, dont la colère demeure vive. Tandis que le député UDI Yves Jégo propose, nous dit Le Point, de rétablir la publicité sur les chaînes publiques pour financer leur régime, TF1 nous apprenait jeudi que les intermittents du Festival d'Aix avaient voté contre la grève. Chacun espère, image de marque et tourisme oblige, que ceux du festival d'Avignon feront de même le moment venu. Une preuve que les intermittents rapportent plus qu'ils ne coûtent ?

Enfin, pour parler de la gestion des chômeurs en général, on se reportera sur l'entretien que livre aux Échos le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, qui dresse le bilan de l'action de l'agence et annonce les objectifs ainsi que les moyens à mettre en oeuvre pour l'avenir.

LOCAL

Pour terminer sur une touche plus locale et ancrée dans notre quotidien, signalons l'article que Le Dauphiné consacre à la question de cette salariée handicapée que la Poste semble vouloir licencier au motif d'une « impossibilité de reclassement », une décision qui ne manque pas de produire quelques remous. Et c'est Le Dauphiné toujours qui se demande ce que vont devenir les armes destinée aux policiers municipaux que la mairie avait commandé sous Destot et dont l'équipe Piolle ne veut plus. Les revendre sera sans doute une manière de faire rentrer un peu d'argent dans les caisses, ce dont personne ne saurait se plaindre par les temps qui courent.

Des temps qui courent même tellement vite qu'il n'est pas toujours simple de suivre l'actualité qui les accompagne. Et c'est pourquoi Le Bon Plan ne manquera pas de vous proposer sa nouvelle revue de toile la semaine prochaine, une semaine que nous vous souhaitons d'ici là aussi agréable que possible !

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Paroles de ... Revue de toile Revue de toile #18