Retour sur l'actualité sociale de la semaine qui vient de se dérouler, garanti sans mention aucune du livre de Valérie trierweiler. À l'exception de celle-ci...

RENTRÉE SCOLAIRE

La réforme des rythmes scolaires a provoqué cette semaine un tel ramdam médiatique que la rentrée 2014 mérite bien sa propre catégorie. Très actif dans le relais de la « fronde » des maires récalcitrants, Le Parisien expliquait lundi qu'ils seraient une vingtaine, selon le ministère. Et c'est encore Le Parisien qui citait la ministre de l'Éducation, annonçant qu'il n'y aurait « aucune exception » à l'application de cette réforme, tout en « tentant de rassurer les parents », selon Libération. Si les informations d'Europe 1 indiquant que 60 % des parents seraient opposés à la réforme, elle risque d'avoir beaucoup de mal, en particulier face à une opposition politique d'une rare virulence. Sur France Info, Jean-Claude Gaudin ne mâchait pas ses mots, comme à son habitude, tandis que Nicolas Dupont-Aignan annonçait son intention de poser des cadenas sur les écoles de sa ville, comme le racontait Le Nouvel Observateur. Une menace qu'il mettra à exécution, amenant Libération à se poser cette question : « les maires peuvent-ils désobéir ? »

ÉCONOMIE

Le nouveau ministre de l'Économie ne manque pas de susciter la polémique au sein même de la gauche. Ses représentants les plus ultras seront sans doute ravis d'apprendre que le Wall Street Journal compte parmi les « ardents supporters », pour reprendre les mots des Échos, de l'ancien de la banque Rotschild. De son côté, suite à l'université d'été du Parti Socialiste, le secrétaire générale de la CFDT faisait part de son « effarement » après avoir entendu des sifflets contre le mot « entreprise », ainsi que l'explique Le Parisien. Autre motif de polémique : la hause de la TVA. Jeudi, Le Figaro le clamait : le gouvernement planche sur une augmentation de 2 %. Le lendemain, Le Point indiquait que Michel Sapin, ministre des Finances, estimait que cette hausse n'était « pas d'actualité ». On ne sait plus sur quel pied danser, mais on n'aura moins de mal à croire la déclaration du même ministre, cette fois cité par Le Figaro, où est évoquée « l'aversion des Français à l'impôt ». Une aversion que l'on retrouve dans les plus hautes sphères du pouvoir, quand un ministre, Thomas Thévenoud, doit démissionner au bout de neuf jours après que l'on ait découvert qu'il n'était pas à jour de ses obligations fiscales, comme le racontait parmi d'autres 20 Minutes. Un nouveau « coup dur » pour le pouvoir, estime Najat Vallaud-Belkacem, dont les propos sont relayés par Libération.

RSA

Évoquée la semaine dernière et devenue une réalité depuis le lundi 1er septembre, la revalorisation de 2 % du RSA socle – de même que sa fusion annoncée avec la Prime pour l'emploi – a ravivé les interrogations. Ainsi, le site Atlantico dressait lundi le bilan « mitigé » du successeur au RMI après sept ans d'existence, tandis que Le Figaro décrivait pour sa part un dispositif « en sursis dans sa forme acuelle ».

SOCIAL

De bonnes nouvelles ? Pas vraiment, quand Les Échos nous apprennent lundi que le renouvellement du permis de conduite coûtera désormais 25 euros aux conducteurs, contre... zéro euros auparavant. De son côté, le site Boursier.com annonce une augmentation des prix du gaz d'environ 4 % pour ocobre, une augmentation qui met, nous disent encore une fois Les Échos, le gouvernement « sous pression ». Mais parce que les mauvaises nouvelles n'arrivent pas qu'en France, jetons un rapide coup d'oeil outre-Atlantique, le temp de lire cet article de Lyonne.fr qui nous apprend que 15 % de la population des États-Unis est en « insécurité alimentaire », ou cet autre article de Libération qui évoque les quarante-quatre arrestations durant des manifestations d'employés de fast-foods à New-York et Los Angeles...

LOCAL

Bien plus proche de nous, le site de L'Express titre sur le marché de l'immobilier sur la ville de Grenoble qui « tourne au ralenti » selon le site. Un ralenti qui n'empêche pas les loyers d'y être toujours aussi élevés, ce qui explique peut-être que le président de la Métro, Christophe Ferrari, ait demandé à participer au dispositif expérimental d'encadrement des loyers, comme ce fut amplement relaté par la presse, et ici par Les Échos. On notera – incartade géographique – que la ville de Toulouse refuse pour sa part fermement de participer à cette expérience, jugée « démagogique » par son nouveau maire, cité par France 3. Et c'est encore France 3 qui évoque le cas de la municipalité de Bilieu en Isère, dont le maire et ses adjoints ont réduit leurs indemnités de 40 % pour pouvoir financer les activités périscolaires, ainsi qu'ils l'avaient promis durant leur campagne électorale. Comme quoi, il existe une alternative aux cadenas !

CHÔMAGE / EMPLOI

Lundi, la CGT tapait du poing sur la table, relayée par Boursier.com : pas question de relever les seuils sociaux, autrement dit de permettre à des entreprises de plus de cinquante salariés de faire l'économie d'un conseil d'entreprise et d'une représentation syndicale de ses employés. François Hollande avait évoqué cette question, tout comme celle du travail dominical l'a été par le gouvernement, qui envisageait de faire passer des aménagements en recourant aux ordonnances, se dispensant ainsi d'un débat parlementaire. C'est Le Parisien qui nous apprend qu'il y renonce : le débat aura bien lieu et ne manquera pas d'être houleux.

Pendant ce temps, le chômage continue à occuper tous les esprits, et Le Figaro se demande s'il est en baisse ou en hausse. Selon les méthodes de calcul, les résultats peuvent diverger. Une chose est sûre : la déclaration, ici relayée par Le Point, de François Rebsamen dans laquelle est réclamé un renforcement des contrôles des demandeurs d'emploi a suscité de nouveaux et nombreux remous. Le Parti Socialiste, par la voix de son président, n'a pas manqué de se désolidariser du ministre, ainsi que le relate Le Figaro, quand Le Parisien indique pour sa part que les contrôles existent déjà, et que les radiations sont monnaie courante. Enfin, le Huffington Post, mais il n'était pas le seul, ne s'est pas privé de rappeler que François Hollande manifestait son opposition à des contrôles renforcés ou à une stigmatisation des demandeurs d'emploi lorsque son prédecesseur occupait l'Élysée...

Un ensemble d'éléments qui font douter de plus en plus la population de gauche, sans pour autant rassurer celle de droite, et maintient l'exécutif dans une crise de confiance qui s'inscrit de plus en plus dans la durée et ne cessera sans doute pas d'alimenter l'actualité sociale. Une actualité que nous continuerons à décortiquer pour vous, et cela dès notre nouvelle revue de toile de la semaine prochaine, une semaine que nous vous souhaitons – naturellement – la plus agréable possible.


Vous êtes ici : Accueil Rubriques Paroles de ... Revue de toile Revue de toile #25