Imprimer



Arrivé hier à Bruxelles, Alain Guézou bouclait  sa marche de 800 km en solitaire pour dénoncer les violences de la précarité. Très content malgré la fatigue, nous avons recueilli ses réactions alors qu'il touchait au but.

Vingt-cinq jours après son départ de Grenoble et conformément au programme fixé dans son itinéraire, le Don Quichotte au béret a atteint une partie de son objectif : rallier Bruxelles en marchant et prendre le temps d'échanger sur la question de la précarité avec les personnes croisées sur son chemin.

Les encouragements reçus et les rencontres riches en enseignements qu'il a pu faire sur la route ont donné du sens à sa démarche et lui ont permis de garder le cap de l'ambitieux défi qu'il s'était lancé. Mais ce n'est pas fini. Désormais dans la capitale de l'Europe, il entend bien rencontrer des membres du Conseil économique, social et environnemental et du Parlement européen pour faire entendre la voix des précaires. Des Rendez-vous sont d'ores et déjà prévus en début de semaine prochaine, nous les communiquerons sur le site du Bon Plan.

Nous avons contacté Alain alors qu'il ne lui restait qu'une dizaine de kilomètres avant d’atteindre Bruxelles. L'occasion de tâter le pouls du marcheur avant la fin de son périple.

Alain qui disposera d'un peu de temps à Bruxelles avant de repartir pour Grenoble mardi, nous confie ce qu'il prévoit pour les jours à venir.
 

Enfin, Alain nous fait part de son regret concernant le manque de couverture médiatique de la  presse nationale sur sa marche, bien qu'il ait pu compter sur le soutien de la presse locale.