Imprimer



La Ville de Grenoble a mis en lumière, lors d’un forum mi-février, les thèmes de l’accès aux droits et la lutte contre le non-recours. Moment important pour fédérer les acteurs grenoblois et alentours.

Ce sont deux grosses demi-journées qui ont permis de fédérer tous les acteurs sociaux de la ville et son agglomération courant février, en partenariat avec le CCAS et l’Observatoire du non-recours (Odenore). Ce Forum est intervenu à la suite de plusieurs mois de travail de petits groupes de réflexion avec la ville et ses partenaires, habitants inclus. Chacune des six thématiques pré-construites a eu droit à son atelier pour donner aux nouveaux acteurs présents la possibilité de réagir et d’apporter leur pierre à l’édifice.

 Des tables-rondes et plénières ont rythmé ces deux jours. Des moments décontractés ont aussi ponctué le forum : en ouverture avec des témoignages joués par Ali Djilali, d’après les récits de vie d’habitants et lors de la restitution d’ateliers par la compagnie de théâtre-forum “3 p’tits pas pour l’homme”.

Rencontres sonores

De nombreux représentants du monde associatif ou institutionnel sont représentés lors de cet événement. Quelques uns d’entre eux répondent à notre micro à propos de leur attente du Forum et de leur présence ces deux jours.

En première ligne, Emmanuel Carroz, adjoint à l’égalité des droits et à la vie associative intervient pour la toute première allocution du Forum.

L’accueil de jour Point d’eau est représenté en la présence de Pascal Dagneaux, éducateur spécialisé depuis 13 ans dans la structure.

Victor Pavailler, médiateur multimédia, vient assister à un atelier concernant “l’accès aux droits via le numérique”. Il y a des personnes qui ne peuvent pas accéder à leurs droits, faute de matériel ou de connaissance du numérique. Sujet particulier auquel il est confronté à la Maison des habitants (MDH) Teisseire-Malherbe (association Facile), mais aussi comme directeur de l’association Pangolin, qui propose des ateliers socio-culturels autour du numérique.

Des acteurs et actrices de la santé sont aussi présents en nombre. Morgane Bureau, médiatrice en santé à l’Office De Lutte contre le Cancer (ODLC) travaille sur le dépistage du cancer du sein depuis un an à Grenoble et Villefontaine.

Il y a également Loïc Biot, directeur de la santé publique et environnementale de la Ville de Grenoble. Il anime l’atelier “le travail pair en santé”. Une nouvelle façon de lutter contre le non-recours par le biais de travailleurs sociaux mobiles, dans les quartiers prioritaires.

L’un des trois travailleurs pairs en santé, Hassan Bouachiba, explique à notre micro ses missions.

Une notion qui est souvent abordée lors de ce Forum “l’aller-vers”. Cela consiste à aller à la rencontre des ayants droits plutôt que d’attendre qu’ils se manifestent. Hassan Bouachiba nous raconte un exemple concret de son quotidien.

Des étudiant·e·s participent également à ce Forum. Manon Fumery est étudiante en dernière année d’école d’infirmière. C’est dans le cadre de son stage au service municipal de santé scolaire de Grenoble qu’elle est mise au courant du déroulement du Forum pour l’accès aux droits. Elle s’intéresse particulièrement aux jeunes en vulnérabilité et aimerait travailler avec un public d’enfants ou d’adolescents. “Je suis surtout là pour apprendre, voir, connaître” explique-t-elle.

Représentante du CCAS, Marielle Metivier, conseillère en économie sociale et familiale à la maison de quartier Romain Rolland à Saint Martin d’Hères trouve ce Forum intéressant, mais émet quelques interrogations sur la réalisation effective du concept “d’aller vers”.

Matthieu Warin, responsable de la Maison des habitants de Chorier-Berriat voit ce Forum d’un bon œil. Il considère que la question du droit en général permet de mieux fédérer les acteurs entre eux.

Enfin, Yolande Pardo en charge d’une partie de l’organisation du Forum fait le constat d’une forte présence du monde associatif. Elle évoque une des conclusions du Forum reprise par le maire Eric Piolle, cette idée que la Ville de Grenoble et le CCAS ne pourront pas agir sans les autres acteurs de l’agglomération.

Le Forum se conclut par un buffet au Patio de la Villeneuve. Lieu privilégié pour découvrir les stands des écrivains publics, d’Emmaüs Connect, des ateliers socio-linguistiques et des défenseurs des droits. Il marque une étape intermédiaire pour la municipalité qui, grâce aux retours des ateliers, proposera des actions concrètes à mettre en place pour avril ou mai.