C’est un vent de révoltes sans précédent qui souffle sur le monde arabe en cet hiver 2011. Il y a eu la Tunisie. Puis l’Egypte. Maintenant le Bahreïn et Yemen. Et bien évidemment la Libye. Sous le joug tyrannique et extravagant du colonel Mouammar Kadhafi depuis 1969, le pays est ces derniers jours dans un état de guerre civile. La Repubblica – repris par Courrier International – nous apprend ainsi qu’environ 30 000 mercenaires sont employés pour mater la répression et défendre le régime. « Pour chaque manifestant abattu, précise le journal italien, une prime de 10 000 à 12 000 dollars [de 7 300 à 8 800 euros] est promise(…) Ce sont des mercenaires au sens le plus répugnant du terme, des désespérés sans autre mission que celle de défendre le fauteuil du dictateur libyen, pour la plupart en provenance du Tchad, de la Mauritanie, du Nigeria, de l’Algérie et de pays d’Afrique centrale, mais aussi des tribus libyennes restées fidèles au Livre vert [le manifeste politique de Muammar Kadhafi] ».

 

Néanmoins toutes ces crises n'empêchent nullement les marchands de canon de continuer cyniquement leurs petites affaires. On pouvait lire lundi dans Le Figaro que le commerce de ventes d’armes avait rapporté en 2010 plus de 400 milliards de dollars. « La palme des ventes de biens et services militaires à une clientèle militaire, sur le marché intérieur comme à l'exportation, revient aux Etats-Unis, nous informe le quotidien. Là-bas, 247 milliards, soit 61,5% des ventes mondiales, ont été engrangés par 45 sociétés basées sur le territoire américain ». Et les grands industriels de la défense s’étaient donnés rendez-vous à Abu Dhabi, la capitale des Emirats Arabes Unis, pour tenir l’un des plus grands salons consacrés à l’armement…

La diplomatie française, elle, se porte de mieux en mieux. Libération nous narre les mésaventures de Boris Boillon, nouvel ambassadeur de France en Tunisie, qui, fraîchement arrivé, s’est déjà fait remarquer. La première rencontre avec la presse « avait pourtant commencé de manière chaleureuse, Boris Boillon disant en arabe qu’il était là «pour un nouveau départ, un nouvel avenir». Puis il avait refusé de répondre à des questions de certains journalistes ou les avait qualifiées de «débiles» ou de «n’importe quoi». Les propos de l’ambassadeur sont toujours un succès.

Pendant ce temps-là, selon L’Express, certains cadres à l’UMP seraient favorables à un remaniement du gouvernement, suite aux errements de la ministre des affaires étrangères : « "On ne va pas pouvoir faire campagne avec Air Ben Ali et Air Moubarak!", ironisait, il y a peu, un responsable de l'UMP, en référence aux vacances de MAM et de François Fillon. Mardi, un haut dirigeant de l'UMP estimait inéluctables les départs du gouvernement de Marie Alliot-Marie, qui "ne peut aller nulle part dans les pays arabes" et de son compagnon Patrick Ollier ».

Il faut en effet soigner son image car les élections présidentielles de 2012 approchent à pas de géant, à pas de mammouth, à pas d’éléphant. C’est bien simple, les sondages et les enquêtes d’opinion se multiplient comme des petits pains. Honnêtement, tout ceci n’a pas encore grand intérêt mais a un côté ludique indéniable. Alors on commence par François Hollande, qui serait considéré par l’UMP « comme le candidat le plus dangereux pour 2012 ». C’est Le Figaro qui nous l’apprend, en citant les grands esprits du parti de la majorité : « même ses défauts le servent, à en croire les responsables UMP. «Hollande est le plus dangereux car le plus banal, donc le plus rassurant, juge Gérard Longuet. Pas brillantissime, mais est-ce vraiment un inconvénient ? En revanche, il peut être drôle et ça, c'est un avantage.» «La stratégie “mine de rien”, c'est très habile», salue Jean-Pierre Raffarin ».

En ce qui concerne la droite, Nicolas Sarkozy reste toujours le mieux placé pour se succéder à lui-même. C’est ce qui ressort d’un sondage CSA pour BFM/RMC/20 Minutes publié jeudi et dont Le Monde s’en fait l’écho. « Le chef de l'Etat, analyse l’article, serait le seul, à droite, capable de devancer au premier tour la présidente du Front national, Marine Le Pen ». Avant de continuer : « dans l'hypothèse d'une candidature de Nicolas Sarkozy au premier tour, le chef de l'Etat serait devancé par Dominique Strauss-Kahn (23 % contre 28 % des intentions de vote) et Marine Le Pen arriverait en 3e position (18 %) ». La quatrième place serait occupé par Olivier Besancenot, avec 8% d’intentions de vote. Un score élevé au regard des difficultés que traverse le Nouveau Parti Anticapitaliste en ce moment. Cette semaine, Les Inrocks sont en effet revenus sur la crise existentielle que connaît le NPA. Le parti a ainsi « perdu depuis sa création en février 2009 plus de 4000 adhérents sur 9500 à ses débuts, relate l’hebdomadaire. On est loin du "parti des 10 000" annoncé en grande pompe. Le NPA, c'est l'histoire d'une révolution interne avortée : la greffe n'a pas pris entre les durs de la LCR et les nouveaux militants ».

Pourtant, les conflits sociaux ne manquent pas. Un exemple parmi tant d’autres repris par Marianne2.fr : « Carrefour s’est fait taper sur les doigts par la plus haute juridiction pour avoir inclus les temps de pause dans le calcul du temps de travail. Saisie par la CGT et la CFDT, la Cour de cassation du Rhône a fait droit, mardi 15 février, aux demandes des deux syndicats au terme d’une procédure initiée en 2004; 429 salariés de deux magasins du département, à Givors et Ecully, pourront ainsi faire valoir leur droit à un rappel de salaires, qui flirte avec le millier d’euros ». Et l’article de rappeler qu’en France six millions de salariés doivent se contenter de 750 euros par mois…

D’où l’importance de se syndiquer pour défendre ses droits. Par ailleurs, savez-vous quel est le corps de profession qui a le plus haut taux de syndicalisation ? Les footballeurs bien entendus. Slate.fr nous dit à ce propos qu’ils sont près de 93 % à avoir adhéré à l’UNFP (Union Nationale des Footballeurs Français). « Cet engagement syndical paie, peut-on lire sur le site. Aujourd’hui le foot est l’un des rares secteurs économiques dans lequel l’argent généré revient dans la poche des ouvriers. Ainsi, 47% des dépenses d’un club sont dévolues aux salaires, un taux bien supérieur à la moyenne des entreprises privées. De quoi faire rêver Besancenot et Mélenchon! »

Pour finir, et c’est désormais un rituel, concluons cette revue de presse par quelques idées week-end. Si le cœur vous en dit, un petit crochet par une bonne petite ferme paysanne est hautement recommandé, mais faites tout de même attention aux alcools maison : Le Figaro nous met en garde avec un reportage au salon de l’Agriculture où la plupart des interventions de la Croix Rouge sont dues à l’excès de boisson… En revanche, si vous aimez le rock, n’allez pas en Ouzbékistan, où le gouvernement vient de lancer une campagne contre « cette musique de Satan, qui a été créée par les forces du mal pour amener les jeunes dans les pays occidentaux à une dégradation morale absolue » (LaScene.com). Enfin, on ne le dira jamais assez, ne donnez pas trop à manger à vos animaux de compagnie, les conséquences peuvent être catastrophiques. Le verdict du Wall Street Journal (repris par les Inrocks) est sans appel : « selon une étude menée par l'Association pour la prévention de l'obésité animale (que l'on imagine moyennement objective sur la question), plus de la moitié des chats et chiens américains sont en surpoids, et un cinquième sont carrément obèses ».

 

Illustrations: Nolwenn Tizzotti
Retrouvez ici les précédentes revues de presse du Bon Plan

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Revue de presse La revue de presse du 21 au 25 février