Chers lecteurs, l’Apocalypse, c’est dans trois semaines. Ce n’est pas moi qui le dis mais Les Inrockuptibles. La fin du monde aura lieu le 21 mai. N’essayez pas de fuir, c’est inéluctable. La Family Radio Worldwide, une radio chrétienne californienne, est sûre de son annonce. « Dans 20 jours, précise Tom Evans, un cadre de FRW, Dieu a prévenu qu’il allait détruire ce monde, d’abord grâce à un tremblement de terre qui partira, selon nous, de l’Extrême-Orient, pour se propager vers l’ouest, jusqu’à la destruction totale de la planète. Simultanément, deux choses vont se produire : les vrais croyants seront amenés auprès du Christ pour toujours, dans le nouveau paradis de la nouvelle planète. Et ceux qui restent ici, ceux qui seront complètement morts à ce stade, leurs restes seront rejetés par Dieu ». Et l’Apocalypse va être long et douloureux : « le 21 mai est le début du jugement. Le jugement va durer 5 mois, jusqu’au 21 octobre, quand Dieu va tout détruire. (…) On espère que les gens se sentiront condamnés et qu’ils en appelleront à la grâce de Dieu ». Il ne vous reste donc, chers lecteurs, que trois petites semaines pour aller vous confesser de vos nombreux péchés…

Le monde court ainsi à sa perte. Le Royaume-Uni également. En effet, lors d’élections locales qui se sont tenues en Ecosse la semaine dernière, le Scottish National Party (SNP) a rassemblé plus de 47% des voix. « Jamais, nous apprend Rue 89, dans la courte histoire du Parlement écossais contemporain, établi en 1999, un parti n'avait obtenu la majorité absolue. Avec 69 élus sur 129, Alex Salmond, le premier ministre écossais et leader du SNP, qui dirigeait depuis 2007 un gouvernement minoritaire, va désormais pourvoir s'appuyer sur une confortable majorité ». L’objectif de Salmond est clair : d’ici quatre ou cinq ans, il veut organiser un référendum sur l’indépendance des Highlands. « Une victoire du « oui » serait lourde de conséquences, continue l’article. Il ne se traduirait pas seulement par la sécession de l'Ecosse, mais par la disparition pure et simple du Royaume-Uni tel qu'il existe depuis 1707, lorsque les royaumes d'Angleterre et d'Ecosse, après plus de huit siècles de coexistence houleuse, ont fusionné pour donner naissance au Royaume-Uni de Grande-Bretagne ». Argument de poids : le porte-parole du Scottish National Party n’est autre que l’Ecossais le plus célèbre de tous les temps, à savoir Sean Connery.

Le monde va disparaître, le Royaume-Uni va disparaître. Et Hillary Clinton a disparu. Slate.fr nous révèle que dans « un journal juif hassidique ultra-orthodoxe new-yorkais, Der Tzitung, Hillary Clinton et Audrey Tomason, directrice du Contre-terrorisme, ont disparu de la désormais célèbre photographie montrant la Situation Room de la Maison Blanche durant l’assaut contre Oussama ben Laden ». Pourquoi ? Les rédacteurs en chef du journal se justifient : « le Premier Amendement de la Constitution garantit la liberté de culte. Cela a la priorité, même sur notre chère liberté de la presse! En accord avec nos croyances religieuses, nous ne publions pas de photographies de femmes, ce qui ne les relègue absolument pas à un statut inférieur. Publier un journal est une responsabilité importante, et nos politiques sont guidées par le conseil rabbinique. A cause de lois sur la pudeur, nous ne sommes pas autorisés à publier des photos de femmes parce que cela pourrait être considéré comme sexuellement suggestif ». Hillary Clinton sexuellement suggestive, c’est son mari de Bill qui sera ravi de l’apprendre…

Le respect de la vertu est une lutte de chaque instant et les juifs ultra-orthodoxes ne sont pas seuls dans cette croisade. Libération nous informe que « les sénateurs de Floride ont approuvé la proposition 228, surnommée loi «Remonte ton pantalon». La mesure, qui doit être ratifiée par le gouverneur de l'Etat Rick Scott cette semaine, interdit aux lycéens d'«exposer leurs sous-vêtements» ou de «d'exposer indécemment des parties de leurs corps». Selon le quotidien, qui reprend un article du Telegraph, « cette loi vise clairement à «mettre fin à la mode hip hop, spécialement adoptée par les jeunes hommes, qui consiste à porter son pantalon autour des fesses, plutôt que de la taille ».

Oui, lecteurs adorés, tout n’est que vice et luxure. On pensait naïvement, avec le délicieux mariage princier de Kate et William, que les belles histoires existaient toujours, comme les contes de fées. Malheureusement, mardi 10 mai, la terrible nouvelle est tombée. C’est Le Figaro qui nous relate ce triste événement : « l'ex-gouverneur républicain de Californie Arnorld Schwarzenegger et Maria Shriver, nièce du président Kennedy, ont annoncé leur séparation à l'amiable après 25 ans de mariage ». Jamais, depuis l’annonce de la mort de JFK, le monde n’avait connu tel drame humain. La crise couvait depuis bien longtemps et des signes ne trompaient pas. « Contrairement à leur habitude, continue le journal, ni Maria ni Arnold n’avaient commémoré le 26 avril, sur Twitter, l'anniversaire de leurs noces ».

Mais séchez vos larmes, lecteurs assidus, et revenons en France où s’est déroulée cette semaine la cérémonie des Gérard de la Politique, dont Première.fr fait le bilan. Droite et gauche ont été à l’honneur au cours de cette première édition, bien qu’aucune personnalité n’est venue chercher son parpaing d’or. André Fajolet a reçu le Gérard du député qui se mange ( devant Roland Muzeau et Jean-Marc Nesme), Bernard Laporte celui du Gérard du père de l'enfant de Rachida Dati. Cécile Duflot a également été récompensée du Gérard de l'idée de programme griffonnée sur un coin de nappe en papier avec cinq pastis, un cassoulet, une bouteille de Côtes du Rhône et deux calvas derrière la cravate, et allez zou ! pour son « On aura tous une allocation à la naissance, le revenu universel ». Enfin, Eric Besson a obtenu le Gérard de la personnalité politique géographiquement contrariée, pour son positionnement à l'extrême droite de la droite, venu de gauche. Il devance notamment Manuel Valls, à droite de la droite de la gauche et Jean-Louis Borloo, à droite de la gauche du centre-droit.

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Revue de presse La revue de presse du 9 au 13 mai