L’État a décidé de tailler un peu dans le fouillis des « numéros spéciaux » téléphoniques – tous ces numéros commençant par 08 ou encore les numéros courts, en quatre chiffres. Le point sur les nouveaux tarifs.

À dater du premier octobre, une nouvelle classification entre en vigueur dans le domaine des numéros spéciaux et avec elle, une nouvelle politique tarifaire. L'objectif affiché est de rationaliser et clarifier un secteur dans lequel le consommateur pouvait avoir bien du mal à s'y retrouver au vu de la multitude de cas et de règles particulières, par exemple selon qu'il appelait depuis un téléphone fixe ou portable.

Les numéros spéciaux seront désormais organisés en trois catégories : les numéros gratuits, banalisés et surtaxés. La tarification distinguera le coût de la communication (l'aspect « technique » de l'appel, assuré par l'opérateur) et celui du service (la prestation fournie par l'organisme appelé).
Les numéros gratuits, bien nommés, ne coûteront rien à appeler : communication et service offerts.
Les numéros banalisés obéiront aux mêmes règles que les appels vers des numéros locaux : seule la communication sera facturée – ce qui signifie qu'un forfait illimité permettra de les appeler sans rien payer de plus.
Les numéros surtaxés seront utilisés par tout organisme désireux de faire payer le service fourni via l'appel ; le consommateur se verra donc facturer la communication et le service, le prix de ce dernier variant dans certaines limites (le prestataire pouvant opter pour une tarification à l'appel, au maximum de 3 euros pour l'ensemble de la communication, ou à la durée, au maximum de 80 centimes la minute).
Dans tous les cas, il ne sera plus fait aucune différence selon que l'appel proviendra d'un téléphone fixe ou mobile.

Le consommateur pourra savoir dans quelle catégorie se range un numéro grâce à son intitulé – par exemple, les numéros commençant entre 0800 et 0805 seront gratuits, ceux de 0806 à 0809 seront banalisés et c'est à partir de 0810 qu'on entrera dans le surtaxé. L'ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) propose un tableau récapitulatif sur son site.

Sauf changement, les numéros de plusieurs organismes d’État vont se retrouver parmi les numéros surtaxés. Pour cette raison, il est préférable de les contacter autrement.
La CAF et le Pôle Emploi utilisent tous deux un système de prise de rendez-vous en ligne – il vous suffit de passer par votre espace personnel pour y accéder. La CPAM, elle, a mis en place une plate-forme spécialement dédiée à la gestion de vos droits en ligne.

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Nouvelle tarification des numéros spéciaux