Imprimer



Elle, cadre dirigeante dans une grande entreprise grenobloise, lui, demandeur d’emploi depuis plus de 6 mois. Rien ne les destinait à se rencontrer, si ce n’est qu’un jour, le destin mit la Fondation agir contre l’exclusion (FACE) sur leur chemin afin qu’ils se croisent…

Non, FACE n’est pas une agence matrimoniale, c’est en fait « un réseau de clubs d’entreprises, en partenariat avec les collectivités locales, qui développe des actions en s’appuyant sur une participation active des entreprises ».
Parmi ces actions, le Parrainage repose sur une idée simple : les rapports entre milieux socioprofessionnels différents, mais également entre générations, sont non seulement possibles, mais surtout enrichissants. Il permet ainsi la rencontre de personnes d’origines et de cultures différentes qui ont parfois bien du mal à se trouver. Natacha Vieu, directrice adjointe, nous explique : « chaque participant a son parrain, cadre ou chef d’entreprise parmi les entreprises adhérentes, il est accompagné et coaché pendant sa recherche d’emploi. Cet accompagnement passe par une écoute, une analyse de la situation, du contexte, des freins du candidat, un travail du CV, sur la lettre de motivation, un travail surtout sur les entretiens, bref le rôle d’un coach, sur 6 mois. » Le parrain (ou marraine) intervient à titre bénévole et a pour rôle de partager avec le parrainé sa connaissance de l’entreprise, des métiers, des pratiques de recrutement, des exigences et des réalités du monde du travail.

Pour Bruno Espiau, parrain depuis plus de 7 ans, c’est un réel engagement social, il s’agit de « rester au contact de la réalité du travail et de jouer un rôle utile ». Il accompagne ses filleuls dans leur recherche d’emploi, met à disposition son réseau ou tisse des passerelles avec celui des autres parrains. « Cela fonctionne un peu, pas forcément autant qu’on le voudrait. Le rôle du parrain n’est pas de trouver un emploi, c’est de faire connaître le monde de l’entreprise, de remotiver, d’expliquer ce qu’un recruteur attend d’un postulant. » Au-delà du réseau, être parrainé, pour Stéphane Piccarreta, « c’est avant tout une motivation d’avoir quelqu’un qui nous accompagne et qui passe du temps pour nous aider, il y a une dynamique », c’est ne plus être seul dans sa recherche. « Mon parrain s’est beaucoup investi, on a rebâti le Curriculum vitæ ; j’avais un CV très détaillé pour chaque type de poste, c’est tout l’intérêt du parrain, car à force, seul, on ne sait plus quoi écrire ».
Conseil en recherche d’emploi et entraînement à l’entretien, redynamisation et remobilisation, carnet d’adresses et mise en relation sont autant d’outils pour le filleul.
La fonction et la connaissance du marché du travail du parrain apportent une plus-value au demandeur d’emploi. Cela permet également de le confronter aux exigences du monde de l’entreprise, parfois méconnues ou faussées. Et pourquoi pas, d’envisager de nouvelles pistes et nouveaux secteurs de recherche, grâce à un autre regard sur ses compétences.

Ainsi, le parrainage n’est peut-être pas la solution miracle à une recherche d’emploi, il n’en garantit d’ailleurs pas son retour. Mais sa nature et les rencontres qu’il peut permettre en font une bonne expérience à ne pas négliger, qui peut s’avérer fort enrichissante, ne serait-ce que pour avoir un regard « entreprise ». « On ne trouve pas du travail aux gens, parfois un CDD, mais c’est avant tout un accompagnement sur 6 mois de leur vie et c’est mieux que rien. »

FACE Grenoble ISERE
Immeuble Le Trident, Bât D.
34, avenue de l’Europe - 38100 Grenoble
Tél. 04 76 14 74 04