Animé par des bénévoles, Nicodème est un lieu d’accueil et de partage où l’on peut se restaurer et participer à des activités. Un endroit convivial, ouvert à tous.

Chez Nicodème on y entre quand on veut

Dans une ambiance familiale, je suis accueilli chaleureusement par Agnès Verdillon, la présidente du café, qui est en train de servir des plats chauds aux convives. Avec un sourire et un regard bienveillant, elle m’invite à m’assoir à une table à de mon choix. Je prends alors place au milieu des personnes qui déjeunent déjà. Le café est ouvert le midi et propose d’échanger et partager tout en profitant d’un repas à prix modeste. Une bénévole s’approche et me demande si je désire déjeuner avec une entrée, un plat chaud, un dessert et un café pour 3,50 €.

Des moments d’échanges rares et précieux

En attendant mon entrée, j’ai pu faire la connaissance de Jean-Louis, un habitué des lieux ; Alfred, un retraité et Frédéric, un homme d’une quarantaine d’année qui travaille à mi-temps dans une société pas très loin de Nicodème. Ils m’accueillent les bras ouverts. Je leur explique que je découvre l’endroit et que je souhaite écrire un article sur l’association.

C’est alors que Jean-Louis, qui se trouve en face de moi, prend la parole, avec un regard joyeux, et m’explique ce qu’est Nicodème. Il m’explique alors que c’est un endroit qui existe depuis longtemps et qu’il vient s’y restaurer fréquemment. Il m’explique également comment fonctionne le café associatif avec les bénévoles, d’où viennent une partie des aliments et qu’un dimanche par mois est organisé un « repas-spectacle ». Frédéric, à ma droite, me précise que le prix des repas n’ont pas changé depuis treize ans. Il me regarde dans les yeux puis me dit que les après-midis sont organisés des jeux : le Scrabble, le Mille Bornes et bien d’autres.

Pendant qu’on leur apporte leur dessert, un fromage blanc avec des rondelles de banane et une feuille de menthe, je me tourne vers mon voisin de gauche. Il a l’air plus timide que les autres et semble avoir environ la trentaine. Il s’appelle Adrien. Il a un fort accent espagnol. Je lui demande s’il découvre, comme moi, les lieux. Il m’explique qu’il connait cet endroit depuis quelques temps déjà et qu’il vient déjeuner à peu près une fois par semaine, travaillant à côté. Il est arrivé en France il y a 4 ans et a découvert l’endroit un peu par hasard. Adrien aime venir ici, l’ambiance est conviviale et il apprécie la mixité de la fréquentation. Ce lieu lui permet de faire des rencontres, de briser la solitude et le stress quotidien. Beaucoup se connaissent depuis longtemps et certains sont maintenant amis. D’autres découvrent le café. Tout comme les bénévoles, les habitués jouent un rôle d’accueil.

Des bénévoles engagés

Après ce délicieux repas fait maison et en attendant mon café, Je m’entretiens un court instant avec Agnès Verdillon, la présidente de l’association. Elle m’explique que Nicodème est une association d’origine chrétienne, née en 1986, destinée à accueillir des étudiants pour les midis. Au fil du temps le lieu a évolué, passant par la vente de sandwichs à un lieu d’accueil mixte ouvert à tous ainsi qu’aux plus précaires. L’objectif est de créer du lien social entre les personnes. Certains après-midi, sont organisés des ateliers de peintures, des formations pour apprendre à utiliser un objectif d’appareil photo, des ateliers de couture, de lecture-écriture et parfois même des musiciens viennent animer la salle.

J’ai également eu l’occasion de discuter avec quelques bénévoles. Rappelons que le café associatif vit en partie grâce à environ 70 bénévoles. Claire, 29 ans, est une jeune recrue. Elle a connu cet endroit grâce à un ami. En novembre, elle est entrée dans le café pour s’informer sur le bénévolat ainsi que sur le fonctionnement de l’association. C’est ce même jour qu’on lui a proposé de donner un coup de main pour le service du midi. Elle a accepté sans hésiter. Depuis, elle fait partie de l’équipe du mercredi et ne regrette pas son choix. Elle rencontre de belles personnes : on a tous à apprendre des autres.

Puis, au moment de quitter les lieux, je rencontre Géraldine, elle aussi bénévole. Son aventure a débuté il y a bien longtemps lorsqu’elle était étudiante et venait à Nicodème avec ses amies pour déjeuner. Cela fait désormais 5 ans qu’elle vient aider. Elle accueille les personnes, prépare les repas, fait le service. Mais être bénévole c’est aussi discuter avec les gens, les écouter. Le lieu est imprégné de couleurs et d’histoires. Tous ont des choses à raconter.

Nicodème est une association qui s’ouvre au monde. Comment rendre le sourire à une personne en détresse ? Comment être présent pour soutenir des vies compliquées ? Être là, simplement, à l’écoute des histoires qu’on nous murmure à l’oreille.

 

NICODEME, Café Associatif
4 Place Claveyson, 38000 Grenoble
Ouvert de 12h00 à 18h00
06 77 25 56 39

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Action sociale Nicodème : Le café associatif