En 1992, Anne-Françoise Bône était étudiante en Lettres. Ce cursus aurait pu l’amener vers une carrière d’enseignante de français, mais cette perspective était pour elle peu motivante. Son choix, affirmé dès le lycée, d’étudier la littérature se fondait plus largement sur une passion : « la passion pour le langage », « la passion de la langue comme outil », outil de lien entre les êtres et outil pour soi. Si la pédagogie du français est malgré tout devenue une activité centrale dans son parcours professionnel, ce n’est finalement pas dans l’enseignement qu’Anne-Françoise Bône a mis en œuvre cette compétence.

Depuis 2005, Anne-Françoise est rédactrice en chef du journal Le Bon Plan. Autrement dit, elle anime l’équipe de rédaction, elle choisit avec les rédacteurs, selon la ligne éditoriale, les sujets des articles et les angles d’approche. Elle relit aussi l’ensemble des textes. Mais avec une rédaction composée pour l’essentiel de journalistes non professionnels et dans le contexte d’un chantier d’insertion, cette fonction de rédactrice en chef exige aussi un sens particulier de la pédagogie du français écrit. Au Bon Plan, Anne-Françoise Bône expérimente et développe tous les jours avec l’équipe des rédacteurs une pratique de la pédagogie qu’il faut qualifier d’engagée.

Dans un journal dès le départ réalisé par et pour les allocataires du revenu minimum d’insertion (RMI), le rôle de rédacteur en chef correspond nécessairement à un engagement professionnel auprès des personnes dans la précarité. Mais c’est aussi le travail quotidien avec chacun des rédacteurs (entre 4 et 6, en général), tous demandeurs d’emploi en reprise d’activité dans le cadre de contrats aidés, qui demandent un engagement. Selon la formation et le parcours professionnel de chaque rédacteur, selon son aisance en français et ses difficultés, le rôle du rédacteur en chef est de s’adapter à chacun et d’aider à l’écriture d’un texte afin que le journal soit effectivement un espace d’expression pour et par les personnes dans la précarité. Depuis 2005, Anne-Françoise Bône est d’autant plus légitime dans son rôle de rédac’chef engagée qu’elle a été d’abord elle-même rédactrice au Bon Plan. Sa trajectoire professionnelle et l’histoire du journal se croisent en effet dès 1999. Alors qu’elle était encore à la recherche d’une orientation professionnelle, elle saisit l’opportunité d’un emploi de rédactrice en contrat CES au Bon Plan. Elle a été ensuite embauchée en 2001 (l’année de ses trente ans) en CDI pour mettre en place la première version du Site Internet du journal, un projet qu’elle avait elle-même proposé. Elle devient alors « rédactrice Web » et intègre l’équipe des permanents qui porte ce chantier d’insertion singulier dans lequel des demandeurs d’emploi, pendant six mois, une année, ou plus, travaillent une compétence générale indispensable à toute insertion sociale et professionnelle, à tout citoyen aussi : l’expression écrite.

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Action sociale Anne-Françoise Bône : une pédagogie engagée du français et de l'écrit