"La situation sociale en Europe et l'accroissement du nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté auraient au contraire justifié une augmentation de l'aide destinée aux européens les plus fragiles"

ont alerté les quatre organisations les plus mobilisées en France pour la défense du programme d'aide aux plus démunis ( PEAD), à savoir la Fédération des banques alimentaires, la Croix-Rouge, les Restaurants du coeur et le Secours populaire.
Malgré tout c'est bien un budget revu à la baisse qui a été décidé lors du conseil européen des 7 et 8 février dernier. Préoccupées par les conséquences de cette décision, ces associations estiment que près de la moitié des 130 millions de repas pourraient ne pas être distribués.

 

"Le PEAD était déjà en dessous des immenses besoins grandissants en France et en Europe" selon Julien Lauprêtre, président du Secours populaire," il devient urgent qu'en France, toutes les mesures soient prises pour ne pas être dans cette même ligne égoïste, décidée en Europe".

Un message a priori entendu par les autorités françaises puisque le ministre délégué à l'agroalimentaire, Guillaume Garot, a indiqué que l'Etat français compenserait la baisse de l'enveloppe consacrée à l'aide alimentaire "à l'euro près" .

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Action sociale PEAD, le gouvernement français s'engage