Parmi les contrats les plus précaires, on trouve les emplois saisonniers. Autrefois, ces contrats intéressaient surtout des jeunes et des étudiants. Désormais, ils concernent toutes les tranches d'âge.

Par personnel saisonnier, il faut entendre personnel embauché pour la saison, compte tenu du cycle habituel du travail se répétant chaque année aux mêmes époques.
Alors qu'ils font preuve d'une importante mobilité et d'une grande capacité d'adaptation et qu'ils contribuent au développement de la ruralité, ces « prolétaires du tourisme » ont des conditions de vie assez difficiles et font partie de ses travailleurs précaires méconnus.

Précaires !

20140304 remontéesmécaniquesChaque année ce sont 400 000 salariés en CDD saisonniers qui sont pénalisés par des règles qui les empêchent de bénéficier des mêmes droits que les autres CDD. La liste de ces inégalités, subies lors de la signature de ce type de contrat, est longue. Outre l'absence de définition légale du travail saisonnier, ces emplois n'ouvre pas droit à la prime de 10 % de fin de contrat et il n'existe pas de clause systématique de reconduction des contrats de travail d'une saison à l'autre. Enfin, le chômage des saisonniers était, récemment encore, moins indemnisé, puisque les allocations étaient minorées par un coefficient réducteur. Mais depuis le 1er juin 2011,  Pôle Emploi n’opère plus de distinction selon que le chômage soit qualifié ou non de saisonnier. Les personnes dont l’activité était considérée comme saisonnière sont désormais indemnisées dans les conditions du régime général.
 
Autrefois réservé au tourisme et à l'agriculture, le statut de saisonnier s'étend aujourd'hui à de nombreux autres secteurs, durant la saison d'été ou les congés d'hiver. En moyenne les saisonniers consacrent 56 % de leur salaire à se loger. Ils ont des difficultés pour emprunter, et des menaces pèsent à nouveau sur leurs allocations de chômage pour ceux qui peuvent en bénéficier puisqu'il faut quatre mois de contrat pour prétendre à ces prestations. Durant la saison hivernale, ils sont confrontés à une pénurie de logements bon marché : le plus souvent ils sont logés dans les villages limitrophes des stations car les loyers sont inaccessibles sur leurs lieux de travail. Ils prennent aussi souvent leur véhicule pour rentrer après leur service, à leurs frais.

Des aides possibles

Certaines stations offrent des activités aussi bien l'été que l'hiver, il est donc possible d'y travailler à l'année. C'est le cas par exemple dans l'Oisans où, via la communauté de communes, une aide aux travailleurs saisonniers à été mise en place avec le Relais des Services Publics. On y propose un soutien dans la recherche d'emploi (mise à disposition des offres, aide à la rédaction du CV et de la lettre de motivation, accès gratuit à internet...). Vingt communes sont concernées par cette démarche.
Il est également proposé différents services de proximité avec de nombreux partenaires disponibles pour des permanences d'accueil sur place (assurance maladie, Pôle Emploi, mission locale, CAF, etc). Ces partenaires ont aussi la possibilité de fournir tous les renseignements sur les contrats et le droit du travail.

Par ailleurs, la résidence sociale le Relais du Père Gaspard (foyer de jeunes travailleurs de l'UMIJ)  propose une solution d'hébergement, un accompagnement est également possible, en particulier  pour les jeunes de 18 à 25 ans vers l'emploi saisonnier. Durant la saison d'été et celle d'hiver, cette  structure met en place une « plate-forme de préparation à la saison » afin de recruter et de faciliter l'accès à un emploi et une occasion d'effectuer un stage pratique en entreprise.

A chaque problème une solution ?

Ces structures ont aussi la possibilité de mettre en relation les saisonniers avec des employeurs qui  proposent aussi un hébergement. Un forfait est certes déduit de leur salaire mais ces solutions restent moins onéreuses et plus confortables qu'une location dans le parc privé ou chez un particulier.       

Malgré les nombreux inconvénients de ce statut, de nombreuses personnes font le choix d'être saisonnier. Peut être que la liberté procurée par ce type d'emploi dépasse la peur de la précarité.   

Quelques bonnes adresses...

Où se renseigner pour déposer une candidature :

A Bourg d'Oisans
Relais Services Publics
38520 Bourg d'oisans
04 76 80 02 66
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Relais du Père Gaspard- UMIJ                                             
Route de la Gare
38520 Le Bourg d'Oisans
04 76 79 12 51
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les 2 Alpes
Espace Saisonnier
Mairie Annexe
de Mont de Lans
38860 Les 2 Alpes
0476 79 08 65
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Allemont
Antenne/ agence postale
Bât. Roche Blanche
Route des fonderies royales
38114 Allemont
04 76 80 53 28
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Société Formation/Emploi Les emplois saisonniers : liberté ou précarité ?