Comme chaque début d'année, la hausse des tarifs de certains produits réglementés revient comme une rengaine, fragilisant un peu plus le budget des ménages les plus pauvres, et ce, malgré la revalorisation simultanée des principales prestations sociales.

Les hausses les plus sensibles

Parmi les différentes hausses de tarifs annoncées depuis plusieurs semaines, celles de l'énergie vont peser lourd. Le Conseil d'Etat ayant jugé insuffisante la hausse de 2 % accordée à GDF Suez en octobre dernier, les tarifs réglementés du gaz augmentent de 2,4 %. Ceux de l'électricité subissent quant à eux, une hausse de 2,5 %, liée à l'augmentation de la taxe finançant, entre autres, les énergies renouvelables.
Par ailleurs, la redevance Télé passe en 2013 à 131 euros en Métropole (85 euros en Outremer), ce qui représente une hausse de 6 euros (5 euros d'augmentation en Outremer).
Le timbre-poste coûte désormais 0,63 euros pour une lettre prioritaire et 0,58 euros pour la lettre verte.

Revalorisation des prestations sociales

Concernant les revalorisations des minima sociaux (Source : ministère des Affaires sociales et de la Santé), deux décrets publiés le 29 décembre 2012 au Journal Officiel (JO) précisent les nouveaux montants applicables depuis le 1er janvier 2013.

Le décret n° 2012-1496 du 28 décembre 2012 fixe notamment :

  • le montant journalier de l’allocation temporaire d’attente (ATA, versée par Pôle emploi à certaines catégories d'étrangers et de personnes en attente de réinsertion) à 11,20 euros ;
  • le montant journalier de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) à 15,90 euros, portée à 22,82 euros pour les allocataires âgés de 55 ans ou plus justifiant de 20 d'activité salariée et aux allocataires âgés de 57 ans et demi ou plus justifiant de 10 ans d'activité salariée ;
  • le montant journalier de l’allocation équivalent retraite à 34,33 euros ;


Le décret n° 2012-1488 du 28 décembre 2012 fixe les nouveaux montants forfaitaires du Revenu de Solidarité Active (RSA).

Le RSA-socle est revalorisé de 1,75 % en France métropolitaine et dans les DOM : une personne seule sans activité professionnelle percevra désormais 483,24 euros par mois (contre 474,93 auparavant), 724,86 euros si elle a un enfant à charge et 869,83 si elle en a deux (la majoration par personne supplémentaire est ensuite de 193,30 euros).
Le montant forfaitaire du RSA pour un couple sans enfants passe lui de 712,40 à 724,86 euros par mois, de 854,88 à 869,83 euros s'il a un enfant, et de 997,36 à 1014,80 s'il en a deux.

A Mayotte, le RSA est revalorisé pour atteindre 37,5 % du montant forfaitaire métropolitain, soit 181,22 euros par mois pour une personne seule, 271,83 euros pour deux et 326,19 euros pour trois (personne seule avec deux enfants ou couple avec un enfant).


Revalorisation effective du SMIC et relèvement du plafond du livret A

Conformément à l'annonce du gouvernement mi-décembre 2012, le SMIC augmente (très légèrement) lui aussi, une progression de 0,3 % qui porte son montant à 1430,22 euros bruts mensuels (contre 1 425,67 euros depuis le 1er juillet 2012) sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires, le taux horaire passant à 9,43 euros bruts (contre 9,40 euros auparavant).

Le deuxième relèvement de 25 % du plafond du livret A, annoncé en conseil des ministres le 19 décembre, porte le montant maximal de dépôt à 22 950 euros.

 

Hausse du plafond de ressources conditionnant l’accès aux tarifs sociaux de l'énergie

Un arrêté publié au Journal officiel du 26 décembre 2012 (modifié le 16 janvier 2013, version en vigueur au 24 janvier 2013), majore de 35% le plafond de ressources ouvrant droit aux tarifs sociaux de l'électricité et du gaz. Ce plafond était jusqu'alors calqué sur celui ouvrant droit à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Il est désormais identique au niveau du seuil de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS).

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Economie/Finances Finances Les traditionnelles hausses et revalorisations au 1er janvier 2013 en chiffres !