En mai dernier, Mr Wauquiez alors ministre des Affaires étrangères et européennes avait traité les titulaires du rSa de "cancer" de la société française et avait pointé du doigt les dérives de l’assistanat jusqu'à semble-t-il comparer ces allocataires à des métastases? Quatre mois plus tard, Mme Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale introduit dans quinze départements, sans les citer, une expérimentation à ces renégats du monde du travail. Il est évident qu’en cette période euphorique, il y a du travail pour tous en CDI à temps plein. Bref, pour redonner goût au travail à ces personnes qui se tournent les pouces, 10000 contrats courts de travail d’une durée hebdomadaire de 7h seront imposés aux titulaires de cette aide "maladive". Ces contrats, sous forme de "contrat unique d'insertion" (CUI), dureront six mois, et seront renouvelables une fois. Le gain mensuel pour les bénéficiaires du rSa serait de l’ordre de 130 €, baisse comprise de leurs allocations. Enfin, le coût de cette expérimentation sera de 3 millions d'euros pour l'Etat.

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques RSA rSa : une expérimentation digne d’un laboratoire