Pendant la période estivale, l'ignorance d'avoir contracté le virus du Sida (VIH), une hépatite B ou C, une infection sexuellement transmissible (IST), comme par exemple la syphilis ou la chlamydiose, augmente les risques de contamination. En cas de doute, il est de l'intérêt de tous de faire un test de dépistage.

A travers les campagnes de sensibilisation, le grand public est largement informé des risques de contracter une maladie sexuellement transmissible. Pourtant, on constate que l'augmentation du nombre de personnes infectées est due au relâchement de la vigilance. L'oubli du préservatif, la confiance trop vite accordée au partenaire, les séjours à l'étranger et la consommation d'alcool qui diminue l'inhibition sont les principales raisons de cette inconscience collective. En matière de santé publique, le Centre Départemental de Santé de Grenoble et ses services agissent dans le domaine de la prévention.

Le Centre d'Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (C.I.D.A.G) est l'un de ces services, facilitant ainsi l'accès au test de dépistage à tout type de public. Il est spécialisé pour recevoir les populations les plus vulnérables (les jeunes, les homosexuels, les personnes en situation de précarité, les sans-papiers, etc.). Selon le Dr Bénédicte Gratacap-Cavallier, médecin au Conseil Général de l'Isère et responsable des trois C.I.D.A.G du département (Grenoble, Bourgoin-Jallieu et Vienne), " lorsque l'on traverse une période de galère, la priorité n'est pas la santé, et la perte de dynamisme ne facilite pas les démarches. Il est souvent difficile de se rendre dans un lieu que l'on ne connaît pas pour y rencontrer des inconnus. " Et de poursuivre : " Quand une personne arrive au C.I.D.A.G, c'est généralement pour faire un test du VIH, car c'est ce qui fait le plus peur, c'est ce qui motive le plus. Mais parfois, aux vues des risques qu'elle nous expose, on lui dit qu'il est peu probable qu'elle ait été infectée. Par contre, il y a des infections sexuellement transmissibles beaucoup plus fréquentes qui sont contractées sans pour cela avoir pris des risques extrêmes. Notre rôle est d'alerter, de mettre en garde les personnes contre ces maladies. " On peut se rendre au C.I.D.A.G pour faire un test parce qu'on pense avoir pris des risques, mais aussi pour s'informer sur la manière de se protéger et obtenir des réponses personnalisées.

Outre la gratuité des consultations, des analyses et des traitements, ce qui fait la particularité du centre de dépistage, c'est le respect de l'anonymat de chaque visiteur. Tenue au secret professionnel, l'équipe du centre (médecins, infirmières, assistante sociale, psychologue) est à l'écoute de chacun. " On appelle chaque personne par son prénom et on ne s'occupe pas de savoir si c'est le vrai prénom que la personne nous a donné ", explique le Dr Gratacap-Cavallier. " Le domaine de la sexualité est un sujet délicat à aborder. Le médecin met en confiance son patient et respecte son intimité. Il est à l'écoute de la personne pour savoir pourquoi elle est venue, ce qui l'inquiète, quel risque elle a pris. "
Lors d'une première consultation, l'accueil s'effectue soit par un médecin, soit par une infirmière pour un entretien d'écoute qui permet d'évaluer le niveau de risque que la personne a pris afin de lui proposer le test le plus adapté. A la fin de l'entretien, si le médecin estime que c'est nécessaire, une prise de sang est effectuée et on attribut à la personne un numéro d'anonymat. Ce numéro devra être présenté pour la remise des résultats d'analyse par le médecin, généralement dans les trois à quatre jours suivants la prise de sang. Lorsque le résultat est négatif, le rôle du médecin consiste à faire avancer les personnes dans la prise de conscience de l'importance de la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles. Il prendra le temps de rappeler à son patient comment se protéger et il lui donnera des préservatifs. Si le résultat est positif pour une IST, la personne sera prise en charge gratuitement par le C.I.D.A.G. Le médecin proposera un traitement adapté. Il mettra en œuvre le suivi de son patient et effectuera un contrôle après traitement. Le Dr Gratacap-Cavallier précise : " Dans le cas d'un résultat positif au test du VIH ou de l'hépatite C, on ne va pas pouvoir traiter la personne nous-mêmes. On l'orientera vers le CHU qui la prendra en charge. " Si besoin, une coordination s'établit entre l'assistante sociale du C.I.D.A.G et celle du Centre d'Information et de Soins de l'Immunodéficience Humaine (CISIH) du CHU de Grenoble, où les personnes séropositives sont suivies dans leur parcours de soins.

On imagine l'émotion que peut provoquer l'annonce d'une séropositivité, même si chaque personne réagit différemment. Le médecin propose plusieurs consultations à son patient afin de répondre à toutes ses questions. Car en dehors de l'aspect purement médical, la dimension humaine est très présente au C.I.D.A.G, ce qui en fait un lieu rassurant où chacun est accueilli, écouté et accompagné dans sa démarche de soin.


INFOS PRATIQUES

Le Conseil Général de l'Isère est investi dans le domaine de la prévention à travers ses services du Centre Départemental de Santé et les associations qu'il finance :

- Service des Maladies Respiratoires
- Centre de Vaccination et de Prévention du Cancer
- Centre de Planification et d'Education Familiale
- Centre d'Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit

Associations :

- Education Santé Isère
- Office Départemental de Prévention du Sida
- Registre des Handicaps de l'Enfant et Observatoire Périnatal


C.I.D.A.G. de Grenoble
Centre Départemental de Santé
23, avenue Albert 1er de Belgique
Escalier B - 1er étage
38000 GRENOBLE
Tél. 04.76.12.12.85
Appeler pour connaître les jours et horaires de consultation avec et sans rendez-vous.

Outre la gratuité des consultations, des analyses et des traitements, ce qui fait la particularité du centre de dépistage, c'est le respect de l'anonymat de chaque visiteur. Tenue au secret professionnel, l'équipe du centre (médecins, infirmières, assistante sociale, psychologue) est à l'écoute de chacun. " On appelle chaque personne par son prénom et on ne s'occupe pas de savoir si c'est le vrai prénom que la personne nous a donné ", explique le Dr Gratacap-Cavallier. " Le domaine de la sexualité est un sujet délicat à aborder. Le médecin met en confiance son patient et respecte son intimité. Il est à l'écoute de la personne pour savoir pourquoi elle est venue, ce qui l'inquiète, quel risque elle a pris. "
Lors d'une première consultation, l'accueil s'effectue soit par un médecin, soit par une infirmière pour un entretien d'écoute qui permet d'évaluer le niveau de risque que la personne a pris afin de lui proposer le test le plus adapté. A la fin de l'entretien, si le médecin estime que c'est nécessaire, une prise de sang est effectuée et on attribut à la personne un numéro d'anonymat. Ce numéro devra être présenté pour la remise des résultats d'analyse par le médecin, généralement dans les trois à quatre jours suivants la prise de sang. Lorsque le résultat est négatif, le rôle du médecin consiste à faire avancer les personnes dans la prise de conscience de l'importance de la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles. Il prendra le temps de rappeler à son patient comment se protéger et il lui donnera des préservatifs. Si le résultat est positif pour une IST, la personne sera prise en charge gratuitement par le C.I.D.A.G. Le médecin proposera un traitement adapté. Il mettra en œuvre le suivi de son patient et effectuera un contrôle après traitement. Le Dr Gratacap-Cavallier précise : " Dans le cas d'un résultat positif au test du VIH ou de l'hépatite C, on ne va pas pouvoir traiter la personne nous-mêmes. On l'orientera vers le CHU qui la prendra en charge. " Si besoin, une coordination s'établit entre l'assistante sociale du C.I.D.A.G et celle du Centre d'Information et de Soins de l'Immunodéficience Humaine (CISIH) du CHU de Grenoble, où les personnes séropositives sont suivies dans leur parcours de soins.

On imagine l'émotion que peut provoquer l'annonce d'une séropositivité, même si chaque personne réagit différemment. Le médecin propose plusieurs consultations à son patient afin de répondre à toutes ses questions. Car en dehors de l'aspect purement médical, la dimension humaine est très présente au C.I.D.A.G, ce qui en fait un lieu rassurant où chacun est accueilli, écouté et accompagné dans sa démarche de soin.


INFOS PRATIQUES

Le Conseil Général de l'Isère est investi dans le domaine de la prévention à travers ses services du Centre Départemental de Santé et les associations qu'il finance :

- Service des Maladies Respiratoires
- Centre de Vaccination et de Prévention du Cancer
- Centre de Planification et d'Education Familiale
- Centre d'Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit

Associations :

- Education Santé Isère
- Office Départemental de Prévention du Sida
- Registre des Handicaps de l'Enfant et Observatoire Périnatal


C.I.D.A.G. de Grenoble
Centre Départemental de Santé
23, avenue Albert 1er de Belgique
Escalier B - 1er étage
38000 GRENOBLE
Tél. 04.76.12.12.85
Appeler pour connaître les jours et horaires de consultation avec et sans rendez-vous.

Sur le même thème

Vous êtes ici : Accueil Rubriques Santé Droits Le CIDAG, dépistage anonyme, gratuit... et humain